Accueil

Déchets

Précédent

Suivant

Index

   

Les déchets du Kamouraska prennent la route de Cacouna

 
 

 

 

 
 

Le maire Gilles Lévesque explique le fonctionnement
du site d’enfouissement de Saint-Philippe.

 

 
 

 

SAINT-PHILIPPE-DE-NÉRI - Le site d’enfouissement sanitaire de Saint-Philippe-de-Néri étant fermé depuis le 31 décembre dernier, les déchets du Kamouraska sont maintenant dirigés vers Cacouna, au site de Rivière-des-Vases. Selon le maire de Saint-Philippe, M. Gilles Lévesque, il s'agit d’une perte de 30 000 $ pour la municipalité, en location de bureau et gestion du site.

Par contre, le maire estime à 400 000 $/an la perte financière pour le Kamouraska. Ce montant inclut les salaires, l’achat de gravier et les contrats forfaitaires pour la machinerie.

La MRC de Kamouraska doit aussi se pencher sur la problématique des petites remorques qui acheminaient plus de 200 tonnes de déchets annuellement, d’ajouter M. Lévesque, qui ne croit pas qu’elles effectueront un aller-retour vers Rivières-des-Vases pour acheminer leurs déchets. « Une solution devra donc être trouvée par la MRC pour que ces matières résiduelles ne soient pas rejetées directement dans la nature », de mentionner le maire.

M. Lévesque dément les rumeurs voulant que le site d’enfouissement de sa municipalité soit saturé. « Ce site avait la capacité d’accueillir encore pendant huit ans les déchets avec une possibilité d’achat d’un terrain pour poursuivre les activités pour 25 années supplémentaires », dit-il.

Coût et conformité

Le coût exigé pour la gestion des matières résiduelles à Saint-Philippe était de 110 $ la tonne, incluant la redevance gouvernementale. Cette offre s’avérait plus dispendieuse que celle de la MRC de Rivière-du-Loup, évalué à 46,50 $ la tonne. À cela s’ajoutent la redevance gouvernementale, le coût du transport et une compensation pour la fermeture du site de Saint-Philippe. M. Lévesque note qu’au total, il en coûte 85 $ la tonne. Une différence de 25 $ la tonne en faveur de la MRC voisine.

« Pour abaisser le coût, il aurait fallu augmenter de 5000 tonnes et cela aurait ramené à un coût plus acceptable », de dire M. Lévesque. Le maire poursuit en mentionnant que le coût total aurait été de 90$ la tonne si la décision de recueillir les déchets de certaines municipalités de L’Islet-Sud avait été acceptée par la MRC.

La différence aurait été à ce moment de 5$ la tonne entre Saint-Philippe et Rivière-des-Vases.

Pour maintenir son site, Saint-Philippe devait se conformer, au 19 janvier, aux nouvelles normes gouvernementales. Celles-ci exigent depuis trois ans un plan pour traiter le lixiviat (rejets liquides des déchets). En mai 2008, M. Lévesque a déposé à la MRC de Kamouraska une projection des coûts pour traiter le lixiviat. « La conclusion mentionnait la construction d’une usine de traitement de 2 à 3 M$ », de préciser le maire.

Malgré la fermeture du site, la municipalité doit en faire l’entretien pour au moins les 20 prochaines années. Un coût de 150 000 $ annuel réparti sur la facture totale payée par les citoyens du Kamouraska (11,50 $ la tonne).

 

 

 
 

Conception et réalisation
Rosaire Dionne

 

 
 

 

 
 

30-01-2009=096-01