Accueil

Actualité

Précédent

Suivant

Index

 

 

 
 

Chaufferie collective
à la biomasse
de Mont-Carmel

 

 
 

 

 

Mot du Maire
Denis Lévesque
 

 
 


De gauche à droite : M. Yvon Soucy préfet de Kamouraska, M. Yvan Tardif, directeur général de la Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, M. Denis Ouellet, chargé de projet de R + O Énergie, M. Michel Gagnon, directeur des ressources matérielles à la Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, M. Denis Lévesque, maire de Mont-Carmel, Mme Odile Soucy, directrice générale de Mont-Carmel, Mme Édith Samson, présidente de la Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, Mme Catherine Lévesque, présidente du la Fabrique de Mont-Carmel et M. André Simard, député de Kamouraska-Rivière-du-Loup

 
 

 

Mont-Carmel - C’est avec fierté et enthousiasme que la municipalité de
Mont-Carmel inaugure la chaufferie
collective à la biomasse forestière.

C’est dans le cadre de son projet de Laboratoire rural que la municipalité a entrepris l’aménagement d’une chaufferie collective pour desservir trois édifices au cœur du village, soit l’école primaire Notre-Dame, l’église et l’édifice municipal. Pionnière au Québec dans le développement d’un projet de cette envergure, Mont-Carmel sera une vitrine d’expérimentation pour la mise au point d’un traitement de la biomasse sous différentes formes (granules, copeaux, etc.), et ce, avec la participation du Centre de développement de bioproduits Biopterre.

Le maire de Mont-Carmel, M. Denis Lévesque, a présenté les différentes étapes qui ont mené à la réalisation du projet. À partir de la détermination de la consommation d’énergie de chacun des établissements, il a été possible d’établir le besoin en puissance de la chaudière. Le projet de départ était l’installation d’une chaudière et d’un réseau de chaleur reliant les trois bâtiments. L’analyse des coûts de la conduite du réseau de chaleur a motivé la décision d’installer une chaudière uniquement pour le Centre municipal. Le coût du réseau s’élevait à 210 $ le mètre linéaire, ayant une distance d’environ 200 mètres, cela représentait un montant de 42 000 $. La municipalité a donc procédé à l’achat d’une chaudière d’une puissance de 73 kW à un prix de 20 950 $, fonctionnant à la granule uniquement. Et selon le coût d’opération prévisionnel, l’économie annuelle serait de 2 643 $.

Par la suite, une autre chaudière a été installée à l’école, reliée à l’église par un réseau de chaleur. La municipalité a confié à R + O Énergie le mandat de réaliser la conception des plans et devis et la surveillance des travaux. Le coût total des installations est de 182 000 $. Selon un estimé du coût d’opération annuel de 14 590 $, pour un approvisionnement de 97 tonnes, le coût du kW serait de 0,0405 $. Cela représente une économie de 0,02 $ du kW et de 5 130 $ annuellement. D’ailleurs, un outil fort intéressant pour toutes les institutions qui envisage ce type de chauffage a été développé par R + O Énergie. Il s’agit d’un progiciel permettant d’évaluer les flux monétaires cumulatifs en fonction du combustible utilisé et de différents paramètres. Ce progiciel ainsi que les documents de transfert de connaissances sont disponibles dans le site internet de Mont-Carmel.

En somme, tout tend à démontrer que la chaufferie est un projet rentable. M. Lévesque tient à préciser que : « au-delà de l’aspect économique du projet, la réalisation du projet de chaufferie collective est un tremplin pour la prise en charge du milieu et un nouveau développement ».

Le défi qui se présente maintenant est l’approvisionnement. Il n’existe pas présentement de filière de production structurée pour la transformation de la biomasse. Il est primordial d’intéresser des promoteurs et entrepreneurs à instaurer un centre de traitement de la biomasse dans la région. C’est d’ailleurs pour sécuriser son approvisionnement que la municipalité a procédé à la plantation de saule. Lorsque cette plantation aura atteint sa maturité, les saules seront utilisés pour faire des copeaux. Rappelons que cette plantation est fertilisée par les boues municipales, une autre innovation environnementale réalisée dans le cadre du Laboratoire rural.

En terminant, M. Lévesque tient à remercier les partenaires du projet : la Commission scolaire de Kamouraska - Rivière-du-Loup, la Fabrique de Mont-Carmel, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire du Québec, la MRC de Kamouraska, R+O Énergie - Experts Conseil, et le Centre de développement des bioproduits Biopterre.

Mise à jour : 2011-03-01

Karine Habel, Municipalité de Mont-Carmel

Pour informations : Karine Habel, agente de développement et de loisir, au 418-498-2050 poste 104 ou à developpement@mont-carmel.ca.
 

 

 

 
  Quelques photos prises la journée de l'inauguration  
     
     
 

AccueilAubergeBaronnieBretagnesCamping lac de l'Est Ski fondTronçon Monk

 

 

Conception et réalisation
Rosaire Dionne

 

 

28-02-2011=353-01